Libeorleans

Orléans côté fun

Le Canal d’Orléans renaîtra-t’il de ses cendres ?

Le Canal d’Orléans renaîtra-t’il de ses cendres ?

Le canal d’Orléans désigne le canal qui traverse Combleux et Cepoy pour rejoindre le Loing. Historiquement, ce canal est utilisé durant deux siècles et demi depuis 1692 pour approvisionner l’Orléans en bois, charbon, matériaux et vins, suite à 16 ans de travaux.

Durant ces temps, cette voie d’eau constitue le seul moyen qui permet de transporter des marchandises, jusqu’à l’apparition des lignes de chemin de fer au 19ème siècle, ce qui affaiblit la réputation du canal. Malgré que le canal s’étende entre Combleux et Orléans en 1922, le trafic commercial utilisant la voie d’eau ne cesse de baisser, ce qui entraîne son déclassement par l’Etat en 1954.

Et ce n’est qu’en 1984 que l’Etat décide de céder le canal au Département qui prend en charge de sa rénovation pour améliorer le tourisme fluvial. C’est pourquoi on parle aujourd’hui de la renaissance du canal d’Orléans.

Le Département vise des réhabilitations ambitieuses du Canal d’Orléans

Dès lors que le canal d’Orléans reliant la capitale régionale et le Gâtinais est entre les mains du Département, en tant qu’un élément de patrimoine, ce dernier oeuvre pour rénover cette voie d’eau. Ceci dans le but d’attirer des touristes et aussi de protéger les riverains en cas d’inondations. En 2009, le Département envisage que les bateaux puissent traverser Buges jusqu’à Grignon, qui est parmi les plus attrayants sites du canal.

Trois écluses supplémentaires sont réhabilitées, permettant l’extension du canal de 20 kilomètres en plus, incluant le bief de partage d’une longueur de 18 km. Puis, la réhabilitation continue à la section de Combreux à Fay-aux-Loges, dont l’état reste encore intact grâce à la mise au gabarit Freycinet réalisée en début du 20ème siècle.

A l’heure actuelle, le projet du Département qui consiste à la rénovation complète du canal est en voie d’accomplissement.

Quelques chiffres relatifs aux restaurations

Le coût du Canal lors de son acquisition par le Département est de 500 000 euros. Cela comprend la voie d’eau d’une longueur de 78 km reliant Orléans et Montargis, des étangs et des maisons éclusières.

La somme dédiée au plan d’investissement est évaluée à 70 millions d’euros dont 50 millions sont à la charge du Département seul. 24 millions d’euros seront encore engagés, d’ici 2021 dans le cadre d’améliorer le système d’alerte et la gestion des crues, de réaliser le projet général d’aménagement, de renouveler les écluses classées monument historique de Coudroy, ainsi que d’accomplir le projet de véloroute.

Par ailleurs, 4,8 millions d’euros sont encore à prévoir pour remettre en état les berges des étangs d’alimentation. Il reste encore 44,4 kilomètres de berges qui doivent être consolidés, cela nécessite encore 6,1 millions d’euros HT, dont 1 million d’euros à la charge du bief d’Orléans seul.

Concernant le programme général de réhabilitation, cela inclut la réparation et la mise en place de clapets sur 7 écluses ; le nettoyage du bief de Donnery ; la protection des berges, l’opération au niveau des digues et ouvrages des étangs ; la remise en état d’ouvrages hydrauliques divers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *